UNESCO-UNEVOC Logo

Logo UNESCO-UNEVOC (fr)

UNESCO-UNEVOC Logo open menu
 

En bref

Le Centre International UNESCO-UNEVOC: Qui nous sommes | Ce que nous faisons | Nous rejoindre | Nous contacter


Notre réseau

Le Réseau UNEVOC: En savoir plus sur le Réseau | Explorez le Réseau
Espace Membres: Tableau de bord du Centre UNEVOC


Compétences pour le travail et la vie

Domaines thématiques: Inclusion et jeunes | Les ODD et l'écologisation de l'EFTP | Innovation et avenir de l'EFTP | Engagement du secteur privé
Nos programmes et projets clés: Réponse COVID-19 | YEM: L'emploi des jeunes en Méditerranée | BILT: Connecter innovation et apprentissage | Programme pour le leadership en EFTP | Journée mondiale des compétences des jeunes
Activités passées: i-hubs: Former des pôles d'innovation | Forums mondiaux de l'EFTP


Ressources

Nos services et ressources: Publications | Forum TVET | Conférences virtuelles | Profils nationaux d'EFTP | Glossaire TVETipedia | Pratiques prometteuses
Journal et événements: Grandes Manifestations EFTP | Journal UNEVOC


Renforcer la résilience dans les communautés vulnérables

Les filles et les jeunes femmes des communautés vulnérables du monde entier n’ont souvent pas accès à une éducation de qualité et à des possibilités d’apprentissage à distance, et sont donc frappées de façon disproportionnée par la pandémie de COVID-19.

L’UNESCO estime que 11 millions de filles pourraient ne pas retourner à l'école cette année en raison de la perturbation causée par le COVID-19, menaçant des décennies de progrès accomplis vers l'égalité des sexes. En même temps qu’elles se trouvent exclues de l’éducation, la crise expose les filles au risque de grossesse, de mariage précoce ou forcé et de violence. Pour bon nombre d’entre elles, l’école est une bouée de sauvetage qui leur assure des repas, un soutien affectif et une orientation sanitaire fondamentale.

L’Université de Cape Coast (UCC), au Ghana, s’efforce de maîtriser ces défis en aidant les jeunes femmes et les filles déscolarisées à gérer leur santé et à trouver de nouveaux moyens d’existence. L’initiative de l’UCC fait partie du projet de riposte au COVID-19 de l’UNESCO-UNEVOC – Renforcer la réactivité, l’agilité et la résilience des institutions d’EFTP pour l’ère post-COVID-19. Le projet soutient les interventions de l’UCC dans deux domaines clés. Premièrement, par la formation d’agents de santé et volontaires communautaires à des compétences qui leur permettront de s’engager à titre temporaire dans la communauté, tout particulièrement pour répondre aux besoins des filles et des jeunes femmes. Deuxièmement, par la transmission de compétences entrepreneuriales à des adolescentes enceintes ou jeunes mères par l’engagement dans des micro-entreprises locales jouant un rôle important pendant la pandémie.

Christina Boateng, coordinatrice du Centre UNEVOC à l’UCC, déclare: "Dans l’un des districts dans lesquels nous travaillons, en raison des fermetures d’écoles et d’entreprises pendant la pandémie, les grossesses d’adolescentes ont connu une brusque augmentation – plus de 300 filles dans le district en question". Au titre de l’initiative, les agents de santé et les volontaires organisent des cliniques dans leurs communautés rurales et fournissent orientation, appui nutritionnel et tutorat aux filles vulnérables et menacées.

Formation d’agents de santé et de volontaires


©UCC


Une cinquantaine d’agents de santé ont été sélectionnés dans la communauté pour recevoir une formation en orientation, communication et compétence culturelle pour travailler avec des adolescentes dans tous les aspects de leur vie, notamment économiques, sociaux et sanitaires. Comme le note Mme Boateng, la formation "va faire acquérir aux volontaires des compétences en matière d’examen de santé".

"Ce type de formation améliore les perspectives des volontaires de gagner leur vie", dit-elle. "Elle les aide à acquérir des compétences qu’ils pourront utiliser dans leur prochain projet, ou bien ils peuvent profiter des certificats de formation s’ils envisagent de chercher un emploi."

Le programme se concentre aussi sur la transmission de compétences entrepreneuriales à des adolescentes enceintes et jeunes mères pour les mettre à même de créer leur propre micro-entreprise et de gagner ainsi de l’argent pour assurer leur subsistance.

"Nous leur apprenons à utiliser des denrées alimentaires disponibles dans leur communauté locale pour préparer nourriture et boissons et même aliments pour bébés. Elles peuvent les utiliser pour leur propre alimentation ou bien les vendre pour obtenir des revenus", explique Mme Boateng. Elle ajoute: "Cela leur apprendra aussi à préparer des produits ménagers de nettoyage et d’hygiène – par exemple désinfectants pour les mains, mettant à profit les opportunités résultant de la pandémie."

En savoir plus sur le projet de riposte au COVID-19 de l’UNESCO-UNEVOC



Share: Facebook   Twitter


 

unevoc.unesco.org

Data privacy statement | Contacts | © UNESCO-UNEVOC